the Removers
Accueil du site > en Français > les Articles > on L’a testé ! > Emulateurs, je suis impressionné !

Emulateurs, je suis impressionné !

vendredi 22 avril 2005, par Stabylo

Il y a longtemps, j’avais installé PacifiST sur le PC de mes parents et j’avoue que je n’avais pas été conquis par sa simplicité d’utilisation. On était encore dans l’ère du DOS. Plus tard, avec WinSTon j’ai bien aimé son ergonomie, mais sans craquer pour autant.

Aujourd’hui, je viens d’installer Steem et Saint et là, il y a un truc qui se passe. On a changé d’époque. Impossible de m’empêcher de faire un article.

 PacifiST

(l’ancètre absolu)

PacifiST, c’était quelque chose. Pour commencer, impossible de l’installer sans se plonger vraiment dans la documentation. L’auteurs vous expliquait les différentes astuces d’émulation de l’affichage pour qu’on puisse estimer laquelle allait nous convenir le mieux, c’était assez technique.

Alors on commençait pas par lancer le programme, non ! Il fallait prendre un éditeur de texte et remplir un « fichier .ini à trous », c’est comme un QCM, en beaucoup moins simple.

Et puis venait le moment où on se sentait fier, on avait parcouru l’ensemble des variables de configuration, et là c’était l’instant fatidique où on allait lancer l’exécutable. Suspense... Je double-clique... Roulement de tambour... et boum ! Un débogueur ! « Ah merde et je fais QUOI avec ça, moi ? » Franchement il y avait de quoi bien rigoler.

Alors j’entends les gars du fond de la classe qui vont dire eh « Stabylo, arrête un peu ton char sur les débogueurs, tu veux ? Adebug c’est même pas que tu le connais comme ta poche, pour toi c’est carrément une extension digitale et cérébrale à la fois, alors va pas nous faire ta chochotte. » Ah ? c’est vrai ? Ah zut, j’me suis fait capter alors !

Bon, c’est vrai, je confesse à Dieu tout puissant, je connais les débogueurs. Du moins je le croyais ! Et j’ai donc tout de suite fait « Control-A ». Ah ? Rien. Il pas compris ? Je recommence, « Control-A !! » Non mais t’es sourd ou quoi ??

Comment ça j’ai pas lu toute la doc ? Bon alors retour rapide sur la doc... Ah ? Sur ce foutu débogueur, c’est F12 pour lancer l’exécution. Ah bravo ! Et après quelques « n’importe quoi » bougonnés dans ma barbe pour ne pas perdre la main côté mauvaise foi, me voilà sous PacifiST, c’est-à-dire presque un ST.

Le test s’arrête ici, parce qu’ensuite je n’ai pas vraiment joué. J’ai installé un environnement de développement, Papyrus pour ma mère pour assurer sa migration, et puis je n’ai pas été plus loin, probablement happé par un Doom ou un Quake, personne n’est parfait.

 WinSTon

(la nouvelle vague)

Là déjà c’était autre chose. L’interface avait évolué, l’ergonomie était super avec un bibliothèque de titres, vraiment très bien.

J’avoue que je ne l’ai pas suffisamment essayé pour tester la bibliothèque avec des centaines de titres, mais au moins, j’y ai joué un peu. Si j’ai bonne mémoire, j’avais trouvé que le mode d’affichage plein écran n’était pas génial. Je n’aimais pas trop l’aspect de l’image que donnait sa façon d’étirer les pixels.

La seconde impression qu’il me reste de ce test, c’est un sentiment d’émulateur pas complet, pas complètement stable. C’est d’ailleurs très curieux cette ressenti car je doute avoir expérimenté le moindre plantage en l’utilisant. J’imagine que cela venait simplement de la rumeur qui circulait sur cet émulateur. Comme quoi, un petit forum peut casser un grand soft. C’est juste une question de quantité de blabla.

Mais déjà, il y avait du progrès. Je n’avais pas galéré pour l’installer, c’était vraiment sympa.

 Steem et SainT

(Olive et Tom)

Alors là, rien à voir. Ce qui m’a scié surtout, c’est d’entendre le bruit du lecteur de disquette du ST avec SainT. J’ai adoré ! Pousser l’émulation jusque là, ça m’a complètement scié. Je trouvais ça tellement authentique !

Et pour la première fois de ma vie, grâce à SainT, j’ai pu contempler le premier disque de la Transbeauce 2. Les mots ne suffisent pas pour exprimer ce que ça représente pour moi. Rendez-vous compte, c’est le disque 2 de cette party qui m’a fait m’intéresser à le programmation sur Atari en 1993-1994, avant, seuls les jeux m’intéressaient.

Et ce disque 2 était déjà génial, je me pâmais d’admiration devant ces démos, je lisais les scoll-texts jusqu’au bout, j’attendais au minimum le bouclage des musiques signée Mad Max, c’était dingue.

Dans ce contexte, l’absence du disque 1 complètement introuvable, c’était l’abandon de l’homme par son créateur, c’était l’excellence des anciens perdue dans l’oubli, c’était la moitié perdue de Platon, c’était la question existentielle de l’homme sur son origine ! Ce disque 1, c’était un mythe complet. Il était sensé être encore meilleur que le 2 puisque c’étaient les démos gagnantes d’un côté et les perdantes de l’autre !

Demandez à Seb, il vous dira pratiquement la même chose. Et pour cause, il était mon unique fournisseur de démos !

Et là, alors que Léonard vient à peine de fignoler avec ses petites mimines l’émulation de son petit SainT pour faire tourner ce petit disque, ce jour là je clique sur ce lien Internet et ma vie va brusquement basculer.

J’en fais trop ? Ah pardon, c’est vrai je suis parti un peu loin. Vous me conseillez d’arrêter les substance hallucinogènes ? Ah oui, je devrais peut-être, en effet.

En tout cas, SainT a marqué ce jour là des points inoubliables dans un esprit qui lui sera éternellement reconnaissant. J’adore cet émulateur !

 Steem spirit

(esprit d’équipe)

Ah oui pardon, je l’avais oublié celui-là, merci de me le rappeler ! Steem est fabuleux, tout simplement. La simplicité de la configuration est décoiffante, on a l’impression de faire son petit marché « alors, je veux ça, ça et ça. » c’est à peine si on n’entend pas le serveur crier « et un STe 27 MHz avec 5,3 mégas pour le petit monsieur, un ! »

C’est génial, on peut se construire une machine complètement délirante avec deux ou trois clics, les modes d’affichage étendus comme 800x600 sont bluffants, c’est trop fort. Ensuite vient le gestionnaire de disquette, soigné, souple, performant. On peut y manipuler ses disquettes et ses disques durs à volonté. Quand je me souviens des disquettes vendues 120F les 10 à la Fnac ! Certes, c’était il y a 15 ans, mais c’est dingue, ne trouvez-vous pas ?

Et pour finir, il y a le gestionnaire de profil. Oui, parce que non seulement on peut faire son petit marché, mais en plus on peut tout rapporter à la maison !

 Conclusion

L’émulation a fait de grandes avancées, et je vais probablement me répéter, mais je trouve qu’on a changé d’époque dans ce domaine. Aujourd’hui, les émulateurs sont à même de nous donner beaucoup de fun, ils font vraiment envie et ça, c’est irremplaçable !

P.-S.

Voyez aussi l’article du Real Toxic Mag Live, Saint et Steem, écrit par Strider et également publié dans STmag n°129.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0